Historique CLCV

  • Objectifs CLCV

    Informer, conseiller et défendre les intérêts de ses membres, de l’ensemble des consommateurs et usagers, dans tous les domaines de la vie quotidienne et du cadre de vie. Favoriser la participation active des consommateurs et usagers. Dénoncer les abus, agir en justice en cas d’infractions, d’atteintes à l’intégrité des personnes et des biens. Apporter une contribution constructive pour améliorer la qualité de vie des consommateurs.

    Organisation de la confédération CLCV

    Bureau : 7 membres.
    Présidente : Reine-Claude Mader.
    Conseil d’administration : 20 membres dont les travaux sont préparés par des bureaux spécialisés (consommation, habitat, environnement) et des groupes techniques (santé, locatif social, locatif privé, copropriété, transports).
    Assemblée générale annuelle et congrès tous les quatre ans.
    392 associations locales, départementales et régionales qui regroupent 30 000 membres actifs et dont les actions touchent environ 800 000 ménages.

    Antennes locales

    La CLCV regroupe 392 associations locales, départementales et régionales en métropole, en Guadeloupe, en Guyane, à la Réunion, et des réseaux thématiques d’actions (eau, déchets, énergies, transports).

    Historique

    Créée en juin 1952, la CLCV se définit, en toute indépendance, comme un groupe de pression et un acteur socio-économique. Elle a été agréée « association de consommateurs » en 1975, reconnue association nationale représentative des locataires en 1982 et agréée comme association représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique en 2006. Son action s’est toujours inscrite dans ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler la consommation éco-citoyenne et le développement durable.
    Elle agit pour un équilibre économique plus respectueux des intérêts des consommateurs et de leur pouvoir d’achat. Elle défend, entre autres, l’idée d’une plus forte transparence et comparabilité des offres des professionnels.

    Elle vise à faire évoluer les modes de vie et de consommation afin de réduire leurs impacts négatifs sur la santé et l’environnement, tout en prônant l’amélioration du confort et des conditions de vie. Pour y parvenir, la CLCV considère qu’il est nécessaire de faire évoluer en parallèle les modes de production et de consommation.

    La CLCV recommande donc la réduction des nuisances à leur source. Elle lutte aussi contre toutes formes d’exclusion et souhaite que les consommateurs aient les moyens de choisir en toute connaissance de cause, qu’ils soient consultés, et participent aux décisions qui les concernent.

    Elle bénéficie depuis plusieurs années d’une expertise reconnue aux plans national et européen sur les questions économiques, alimentaires, environnementales ainsi que celles liées à l’habitat.

    Représentation auprès des instances officielles

    La CLCV représente les intérêts des consommateurs dans de très nombreuses instances locales, départementales, régionales et nationales de concertation, de médiation ou de conciliation. Elle développe aussi des concertations bilatérales avec des grandes entreprises, des branches industrielles, des administrations et des associations de collectivités territoriales.

    Au plan européen, et dans le cadre de la francophonie, elle participe aux discussions, en tant qu’expert, notamment sur les questions économiques, alimentaires et environnementales.
    Elle est membre du Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc), du Dialogue transatlantique des consommateurs (DTAC) et de Consumers International (CI).

    FAITS MARQUANTS

    Banque
    Dès 1987, elle a exercé une action continue pour la mise en place d’un service de base bancaire (qui existe aujourd’hui). Elle organise des campagnes d’information des consommateurs sur le droit au compte, réalise des enquêtes annuelles sur les tarifs bancaires et participe à tous les travaux qui ont trait aux services financiers.

    Surendettement
    La CLCV a participé activement à l’élaboration de la loi Neiertz de 1991, puis à celle de la loi Borloo instituant en 2003 le rétablissement personnel et aussi à la loi Lagarde de 2010 portant réforme du crédit. Elle est présente également dans les commissions de surendettement.

    Publicité/Relations contractuelles
    La CLCV a mené des actions contre les clauses abusives dans les contrats (location, télévision par câble, syndics, banques…), les allégations trompeuses (santé et environnement) et en faveur du retrait de campagnes publicitaires de nature à induire en erreur (crédit, alimentation).

    Habitat
    La CLCV a notamment obtenu que les hausses annuelles de loyers soient indexées sur le coût de la vie et l’interdiction de facturer certains frais aux locataires.
    En matière de copropriété, elle est à l’origine de l’élaboration d’une liste fixant les prestations comprises dans la gestion courante des syndics.

    Développement durable
    La CLCV participe activement à l’ensemble des travaux concernant le développement durable (Grenelle de l’environnement, efficacité énergétique, etc.) et s’affirme comme une association majeure en matière de consommation responsable.

    L’ADMINISTRATEUR ET LES ORGANISATIONS C.L.C.V DE LOCATAIRES

    • LE SECRETARIAT NATIONAL
    • L’UNION REGIONALE
    • L’UNION DEPARTEMENTALE
    • L’UNION LOCALE
    • L’ASSOCIATION DE LOCATAIRES
    • LE GROUPEMENT DE LOCATAIRES